Pâtisserie Tesi

Pâtisserie Tesi

1948...quand Angelo Tesi et son épouse Ines Melis ouvrent la première entreprise de « pâtisserie » à Macomer. Il était arrivé pendant la guerre avec l'armée à Macomer. Il savait déjà travailler dans une boulangerie parce qu'il avait d'abord été un garçon puis un ouvrier à Viterbe, un travail sûr... mais ensuite la guerre a tout changé. En Sardaigne, il rencontre Inès, à Macomer et après la guerre, il revient pour l'épouser et avec une idée : Macomer n'a pas de pâtisserie ; c'est un carrefour obligatoire dans la bissectrice entre Cagliari Sassari et Nuoro ; elle a un puissant développement industriel avec les laiteries les plus importantes de l'île (Dalmasso, Di Trani...) et la croissance exponentielle du textile... à Macomer, grâce aussi aux deux chemins de fer, il y a de nombreux ouvriers, un commerce florissant et une beaucoup d'argent circule. Ce n'est pas rien pour Angelo Tesi qui, en plus de fonder une famille à Macomer et de voir naître Giorgio, Paola et Daniela, a besoin d'aide pour faire grandir son idée et appelle son frère Alberto de Viterbo qui sera son partenaire et collaborateur pendant de nombreuses années et qui, il deviendra également « macomerais ».

Années dorées au cours desquelles, outre le dessert, les deux frères s'occupaient des réceptions, des mariages et des événements, pour finalement construire un bâtiment avec bar, salle de billard, cafétéria et pâtisserie. Bref, pour faire court, les bases solides sont en train d'être construites, sans fausse modestie, de ce qu'était et est la Pasticceria nel Marghine. Et bien plus loin... Une époque qui dépasse mes connaissances, jusqu'à embrasser le parcours de trois générations, en sauvegardant soigneusement les notions de "Bon", de "Beau" et d'"Artisanal" et dans ce dernier sens tout le bagage de le savoir faire et le savoir proposer avec un regard tourné vers l'avenir. Trois ingrédients qui sont à la base du concept de "dessert" compris non pas comme de la nourriture mais plutôt comme un acte de gratification, de cocooning, d'affection exprimé envers soi-même. et envers les autres.

De nombreuses années au cours desquelles nous avons été des protagonistes actifs de notre Communauté, en nous impliquant toujours et en soutenant des événements, des anniversaires et des foires, pas seulement locales, témoignant avec fierté du « savoir-faire » macomerais.
Le premier passage de témoin a été l'entrée en compagnie de tous les enfants d'Angelo et Inès pendant plusieurs années. Puis, en 1995, première transition d'une entreprise familiale à une petite entreprise avec Giorgio Tesi, le seul "Tesi" qui restait à tirer les ficelles d'une SARL dans laquelle il nous a immédiatement impliqués en tant qu'associés. Moi, Maurizio et Caterina et Rossana (de vrais jumeaux !). Ensemble, après des événements incroyables, depuis 2008 dans une situation complètement nouvelle dans le très central Corso Umberto 46 avec la fusion du laboratoire et de la revente, le glacier et l'introduction de la cafétéria et de la chocolaterie. Le développement de nos produits au levain modernes et de nombreuses nouvelles références, les formations, les collaborations, les cours, la mise en œuvre des « modernités » ont lieu dans ces années. Soit par nécessité, soit par conscience mais aussi pour une conscience client nouvelle et plus développée qui nous stimule vers de nouveaux projets et réponses. Jusqu'en 2014, année où nous avons réalisé que la forme juridique adaptée à notre petite entreprise était celle d'une Coopérative.
En 2019, Giorgio atteint enfin sa retraite bien méritée et…
« nous sommes trois »… et il y a eu une petite chanson ! Et puis cette année, Simone est arrivée. Mais c'est une autre histoire. Pour une autre histoire. A raconter demain peut-être. Entre-temps…

"Voir plus"

Rossana, Caterina et moi sommes beaux-frères. Par Giorgio. Nous nous connaissons depuis 1983, donc toute une vie en fait. Mais ce n'est que depuis 1995 que nous travaillons ensemble dans la pâtisserie. Nous avons eu d'autres vies auparavant. Puis... téméraires et risqués comme des enfants, nous sommes tous les trois partis de zéro, j'étais ouvrier d'usine à 29 ans, marié et avec Francesca qui venait de naître, eux, les "jumeaux" à 35 ans. C'est la faute et le mérite de Giorgio, la véritable et unique « Thèse » de la situation qui nous a bientôt obligé à devenir membres. Une sorte de deuxième, troisième ou quatrième chance dans un monde et un pays complètement différents d’aujourd’hui. Vraiment une autre vie.
Il était alors facile de changer d'emploi... Et qu'en est-il des opportunités ?... de croissance professionnelle et humaine... Et pas seulement « arrivent », mais souvent recherchées et désirées.
Pour ouvrir de nouvelles portes, fenêtres et horizons. Sans s'arrêter, sans s'arrêter, sans penser être arrivé à quelque chose ou quelque part. Partir, c'est la fin ; le but est le présent, le maintenant qui se confond avec demain. Mais seulement parfois. Et tellement de gratitude.
Rossana et Catherine. Impossible de parler de l’un sans impliquer l’autre ! Deux vrais jumeaux ; pour toute une vie une rousse et une blonde, presque à distinguer de ceux qui, même de près, n'y arrivent toujours pas !
Et les voir se disputer avec animation lorsqu’ils font des choses ensemble… eh bien, ça pourrait être une série télévisée très amusante !
Généreux, disponible, infatigable. C'est aussi bon pour moi même quand je ne le mérite pas. Nous sommes une famille ainsi que des collègues. Ou plutôt plus de famille, ce qui est plus vrai. Une véritable « équipe », qui réussit souvent face à des défis presque impossibles pour notre entreprise microscopique où le seul objectif n'est certainement pas l'argent mais plutôt prendre soin des choses que nous aimons faire et prendre soin les uns des autres.
Incroyable, compliqué et fatiguant mais c'est arrivé. Nous avons véritablement accepté ce témoignage avec joie, allégresse et détermination. Et maintenant, ici, 75 ans après que tout a commencé, nous voulons célébrer. Il est « nécessaire » de célébrer. C'est merveilleux de pouvoir et de vouloir le faire. Avec vous, simplement mais ensemble.
Ah Simon ? Nous n'avons pas oublié... Bien sûr que non! L'histoire a commencé, interrompue et recommencée. Tout est à écrire ! Vous en entendrez parler.
Les milliers d'heures de travail ? Qui s'en soucie! Nous avons pu choisir, convaincus. Et nous sommes presque contents !

« Fermer »

Dernière activité

Affichage de tous les résultats 3

Il n'y a pas de commentaires.

Producteurs Siendas